JPEG - 133.6 ko

Aprés la canicule...

Pour ce premier Ékographik, après quelques jours de canicule, voici un petit focus sur les changements de température (...)

JPEG - 139.5 ko

Ein Lied Für Paris

Les attentats de Paris de janvier 2015 ont affecté la France, les Françaises et les Français et, de part le monde, (...)

JPEG - 238 ko

Musée de la Stasi - Leipzig

Une petite visite au Musée de la Stasi à Leipzig replonge dans l’ambiance lourde des années 70-80, à l’époque où la (...)

JPEG - 196.3 ko

Société Béninoise d’énergie électrique

Une petite photo du logo de la Société Béninoise d’énergie électrique prise au coin d’une rue du quartier des ambassades (...)

JPEG - 223.1 ko

Aux origines des logos...

Si les logos ont pris une place prépondérante, même omniprésente, dans le quotidien de chacun, le phénomène n’est pas (...)

JPEG - 128.4 ko

HTML, CSS et courrielleurs : casse-tête numérique

J’ai des courriels à habiller et à coder pour un client. Il les envoie de façon massive à des prospects un peu partout (...)

JPEG - 116.6 ko

Logorama

Les logos occupent une place omniprésente dans l’univers urbain quotidien, surtout ceux des grandes marques qui ont (...)

JPEG - 234.8 ko

Dîner dans les arbres en Nouvelle-Zélande.

Qui n’a jamais rêver d’avoir une belle cabane dans les arbres ? De vivre à la façon des elfes, en harmonie avec la (...)

11
déc 2012

Nettoyer les champs de mines : un jeu d’enfant !

JPEG - 124.9 ko

Si les hautes technologies sont parfois fatigantes (voire inquiétantes) de complexités, les basses technologies sont, elles, bien souvent rafraîchissantes de simplicité ; peut-être parce qu’il n’y a rien de plus difficile que d’avoir une idée simple, d’imaginer quelque chose d’enfantin auquel personne n’avait songé avant, surtout s’il se révèle réellement utile et humaniste.

La boule de bambous du concepteur Massoud Hassani, et présenté sur OWNI, est de ces objets là. Un objet enfantin, pour cause : à l’origine, c’est un... jouet !

Des tiges sont plantées dans une balle qui forme au final le cœur d’une grosse boule. Un peu comme si on s’amusait à planter une vingtaine de cure-dent dans une seule olive. À l’extrémité extérieure de chaque tige, une petite planchette ronde fait office de "patte". Cet objet est si léger qu’il roule poussé uniquement par le vent.

Massoud Hassani a amélioré un peu le jouet de son enfance, mais surtout il l’a agrandi. Ses boules font à peu près deux mètres de diamètre ; les tiges sont des bambous ; le cœur de la boule est en plastique muni d’un GPS qui enregistre les déplacements de la boule ; à chaque extrémité des bambous toujours les même planchettes rondes montées cette fois sur des sortes d’amortisseurs en plastique. Elles roulent toujours poussées uniquement par le vent comme des fleurs de pissenlit sans tige.

Là où Massoud les envoie, de toute façon, personne ne peut les suivre ou les guider : Massoud les pousse dans les champs de mines ! En s’y déplaçant, elles les font sauter une à une. Elles sont assez lourdes pour cela. À chaque fois, quelques pattes se cassent mais cela ne les empêche ni de tourner, ni d’avancer. Petit à petit, elles tracent des chemins grâce au GPS embarqué dans la boule centrale et libèrent des espaces... de jeu !

- Pour soutenir le projet : Mine Kafon

Ceci dit, l’objet a ses limites. Il ne fonctionne que sur terrain plat et dégagé et même là, un déminage manuel ou avec des chiens doit nécessairement suivre. Malgré tout, les boules de bambous de Massoud ne coûtent pratiquement rien : 40 euros à peine et elles sont facilement réutilisables. À ce prix là, chaque mine qui explose sous leurs pattes en bambous plutôt que sous le pied d’un môme est, quand même, un très grand bénéfice.









Envoyer un message