JPEG - 133.6 ko

Aprés la canicule...

Pour ce premier Ékographik, après quelques jours de canicule, voici un petit focus sur les changements de température (...)

JPEG - 139.5 ko

Ein Lied Für Paris

Les attentats de Paris de janvier 2015 ont affecté la France, les Françaises et les Français et, de part le monde, (...)

JPEG - 196.3 ko

Société Béninoise d’énergie électrique

Une petite photo du logo de la Société Béninoise d’énergie électrique prise au coin d’une rue du quartier des ambassades (...)

JPEG - 223.1 ko

Aux origines des logos...

Si les logos ont pris une place prépondérante, même omniprésente, dans le quotidien de chacun, le phénomène n’est pas (...)

JPEG - 124.9 ko

Nettoyer les champs de mines : un jeu d’enfant !

Si les hautes technologies sont parfois fatigantes (voire inquiétantes) de complexités, les basses technologies sont, (...)

JPEG - 128.4 ko

HTML, CSS et courrielleurs : casse-tête numérique

J’ai des courriels à habiller et à coder pour un client. Il les envoie de façon massive à des prospects un peu partout (...)

JPEG - 116.6 ko

Logorama

Les logos occupent une place omniprésente dans l’univers urbain quotidien, surtout ceux des grandes marques qui ont (...)

JPEG - 234.8 ko

Dîner dans les arbres en Nouvelle-Zélande.

Qui n’a jamais rêver d’avoir une belle cabane dans les arbres ? De vivre à la façon des elfes, en harmonie avec la (...)

19
nov 2014

Musée de la Stasi - Leipzig

JPEG - 293 ko
JPEG - 238 ko

Une petite visite au Musée de la Stasi à Leipzig replonge dans l’ambiance lourde des années 70-80, à l’époque où la Sécurité d’état surveillait à peu près tout le monde. Murs jaunes, bureaux aveugles et ventilateurs gris dans les couloirs. Pièce de collection en tout genre : magnétophones, micros planqués, appareils photo camouflés, geôle, et enrôlement de la population et notamment des jeunes dans diverses activités sportives et... de surveillance. Bienheureux celui qui, à l’époque, dénonçait son père !

Nous sommes ici dans l’univers graphique des états soviétiques. Le rouge est dominant. Les drapeaux flottent aux vents de la révolution. On n’oublie ni les marins, ni les aviateurs, ni les paysans... Les blasons représentent tout le monde et tout le monde est armé. Passé révolu, on le voudrait bien...

Mais ce qui frappe, en sortant de ce musée de la surveillance généralisée, ce sont les caméras... Pas celles du musée ; pas les grosses caméras des années 80 aujourd’hui obsolètes et débranchés ; mais celles des années 2010, une fois dans la rue. Maintenant, il y en a plus en dehors que... dedans !

Et, ainsi, d’un coup, les méthodes de surveillance, d’écoute et d’espionnage du courrier - ci dessus la collection de tampons qui permettaient de faire des faux - paraissent bien dérisoire en comparaison des méthodes de surveillances actuelles : biométrie, caméras dans toutes les rues, surveillance électronique des courriels...

Le style a changé, mais finalement, ils étaient, du moins pour les méthodes de surveillance, avant tout des précurseurs !









Envoyer un message