JPEG - 133.6 ko

Aprés la canicule...

Pour ce premier Ékographik, après quelques jours de canicule, voici un petit focus sur les changements de température (...)

JPEG - 293 ko

Musée de la Stasi - Leipzig

Une petite visite au Musée de la Stasi à Leipzig replonge dans l’ambiance lourde des années 70-80, à l’époque où la (...)

JPEG - 196.3 ko

Société Béninoise d’énergie électrique

Une petite photo du logo de la Société Béninoise d’énergie électrique prise au coin d’une rue du quartier des ambassades (...)

JPEG - 223.1 ko

Aux origines des logos...

Si les logos ont pris une place prépondérante, même omniprésente, dans le quotidien de chacun, le phénomène n’est pas (...)

JPEG - 124.9 ko

Nettoyer les champs de mines : un jeu d’enfant !

Si les hautes technologies sont parfois fatigantes (voire inquiétantes) de complexités, les basses technologies sont, (...)

JPEG - 128.4 ko

HTML, CSS et courrielleurs : casse-tête numérique

J’ai des courriels à habiller et à coder pour un client. Il les envoie de façon massive à des prospects un peu partout (...)

JPEG - 116.6 ko

Logorama

Les logos occupent une place omniprésente dans l’univers urbain quotidien, surtout ceux des grandes marques qui ont (...)

JPEG - 234.8 ko

Dîner dans les arbres en Nouvelle-Zélande.

Qui n’a jamais rêver d’avoir une belle cabane dans les arbres ? De vivre à la façon des elfes, en harmonie avec la (...)

12
fév 2015

Ein Lied Für Paris

JPEG - 139.5 ko

Les attentats de Paris de janvier 2015 ont affecté la France, les Françaises et les Français et, de part le monde, toutes celles et ceux qui souhaitent un minimum de respect de la liberté d’expression, et plus encore, de la liberté d’opinion - la première n’étant que l’espace où la seconde s’épanouit et sans elle ne devient qu’un mot creux.

La liberté de croire ou de ne pas croire en Dieu et celle de croire que ne pas croire est le plus grand des idéaux en font partie. Comme personne ne reproche à celui qui croit de croire tant qu’il ne fait pas de son dieu un absolu mortel pour les autres, ceux qui ne lui prêtent que peux d’attention ou pas d’attention du tout, et même pour ceux qui lui reprochent, à ce dieu, d’exister si fermement dans la tête des autres qu’ils se moquent de lui avec plus ou moins d’humour selon les goûts ou selon les jours. On peut ne pas être bon tout le temps dans la raillerie comme dans la sainteté...

Et, il faut respecter la liberté du doute, surtout, dans un sens comme dans l’autre. L’Homme est surtout, avant tout, une grande question.

Quoiqu’il en soit, la mort n’est pas la solution à ce débat qui dure depuis des lustres et a déjà fait couler bien trop d’hectolitres de sang. L’exécution sommaire et lâche de journalistes armés de crayons ou d’hommes armés de liste de course encore moins. Et même sur un ennemi désarmé, flic ou pas, on ne tire plus...

Enfin normalement ! Mais nous sommes ici dans une guerre de religion où, de la Saint-Barthélemy à nos jours, les fous sanguinaires s’enivrent de sang autant que d’un dieu frelaté.

Tout ceci pour dire que le Studio Soleillion s’est associé chaleureusement à ce projet de concert donné à Leipzig en mémoire des victimes des attentats de Paris. La participation importante des télévision, radio et journaux locaux, de nombreux musiciens avec des institutions comme l’Opéra de Leipzig montre que l’esprit de 89 est toujours vivant là-bas. Dans l’ex-Allemagne de l’Est, on connait le prix de la liberté.

Qu’ils en soient remerciés.

Les bénéfices de ce concert iront à l’antenne allemande de Reporter sans frontière, Reporter Ohne Grenzen. L’affiche de ce concert est déclinée en produits dérivés pour celles et ceux qui voudraient contribuer de cette façon à ce projet : voir la boutique.

Pour une présentation du concert en allemand : voir ici.









Envoyer un message