JPEG - 133.6 ko

Aprés la canicule...

Pour ce premier Ékographik, après quelques jours de canicule, voici un petit focus sur les changements de température (...)

JPEG - 139.5 ko

Ein Lied Für Paris

Les attentats de Paris de janvier 2015 ont affecté la France, les Françaises et les Français et, de part le monde, (...)

JPEG - 238 ko

Musée de la Stasi - Leipzig

Une petite visite au Musée de la Stasi à Leipzig replonge dans l’ambiance lourde des années 70-80, à l’époque où la (...)

JPEG - 196.3 ko

Société Béninoise d’énergie électrique

Une petite photo du logo de la Société Béninoise d’énergie électrique prise au coin d’une rue du quartier des ambassades (...)

JPEG - 223.1 ko

Aux origines des logos...

Si les logos ont pris une place prépondérante, même omniprésente, dans le quotidien de chacun, le phénomène n’est pas (...)

JPEG - 124.9 ko

Nettoyer les champs de mines : un jeu d’enfant !

Si les hautes technologies sont parfois fatigantes (voire inquiétantes) de complexités, les basses technologies sont, (...)

JPEG - 128.4 ko

HTML, CSS et courrielleurs : casse-tête numérique

J’ai des courriels à habiller et à coder pour un client. Il les envoie de façon massive à des prospects un peu partout (...)

JPEG - 116.6 ko

Logorama

Les logos occupent une place omniprésente dans l’univers urbain quotidien, surtout ceux des grandes marques qui ont (...)

5
jan 2012

Dîner dans les arbres en Nouvelle-Zélande.

JPEG - 234.8 ko

Qui n’a jamais rêver d’avoir une belle cabane dans les arbres ? De vivre à la façon des elfes, en harmonie avec la nature ? Tout le monde, peut-être. Beaucoup de gens, sans doute. Les cabanes sont à la mode et qui a passé un peu (trop) de temps devant le Seigneurs de anneaux, s’émerveillera devant celle-ci. Je ne l’avais pas vu passer en son temps - sa construction date de 2008 - et je ne suis tombé dessus que dernièrement. Elle est en Nouvelle-Zélande et elle est magnifique.

Le Redwood Treehouse - la cabane du Boisrouge - est de ce point de vue une petite perfection. Comme une bulle de bois, un cocon, une fleur arboricole, elle flotte au milieu de la forêt, sans la toucher, suspendue à son arbre. Elle est d’une élégance assez rare. Dîner là-haut, avec la Galadriel (ou le Celeborn) de son choix doit être une expérience assez unique.

L’identité graphique du restaurant est donc tout aussi simple, sans surenchérir : trois traits de crayons dans un cercle noir qui évoque la forme de la structure mais aussi, effectivement, un oignon, une fourchette...

On y accède par une longue passerelle de bois à travers les arbres. Elle mesure 60 mètres. C’est un voyage en elle-même, une mise en condition, une douce pente pour atteindre le plancher de la bulle perché à 10 mètres de haut. La structure en fait 12.

Le pin doit être solide. Le restaurant peut accueillir une vingtaine de personnes assises à table. Ce n’est pas une petite cabane fragile, un repaire de gamin. Convertie en maison (mais comment ?) on pourrait parfaitement y vivre. Si ce n’est qu’elle ne possède ni murs ni toit ! Seuls des paravents de toiles font office d’opacités.

En soi, cependant, l’idée est bonne et dans l’air du temps. Vivre dans les arbres, avec les arbres, c’est le projet de nombreuses personnes et de pas mal d’architectes.

Pour voir d’autres photos suivez les liens ci-dessous :

- le restaurant

- Le cabinet d’architecte









Envoyer un message